19 mai : rdv chirurgien et verdict

Debout à 7h pour nous préparer et nous mettre en route pour le rdv fixé à 8h45 (c’est la dernière fois que je laisse Pilou choisir l’heure d’un rdv, même si c’est lui qui conduit), c’est les yeux encore tout collés et le cerveau embrumé que j’arrive au secrétariat du Dr. D.

A posteriori, c’est quand même pas si mal un rdv si tôt. J’étais tellement dans le cake que je n’ai pas eu le temps de réfléchir et stresser de savoir si oui ou non, l’équipe de Dr. D avait bien reçu le rapport de mon test du sommeil…

Le suspens aura été finalement assez court (quelle chance vous avez^^) car c’est la diététicienne en personne qui me révèle que je fais bien des apnées du sommeil et que donc, l’opération sera donc bien prise en charge par l’Inami avec, en prime, l’intervention de mon assurance hospitalisation complémentaire (Alléluia, mes 30€ mensuels me serviront finalement à quelque chose)!

Inutile de vous dire que j’étais aux anges, et que je n’ai écouté que d’une oreille ce que la charmante diététicienne me racontait ensuite.

Ensuite c’est l’assistante du Dr. D qui me confirme la nouvelle et qui m’explique brièvement comment se déroulera l’intervention.
Finalement, c’est au tour de Dr. D de reprendre mon dossier. Je fais donc des apnées du sommeil « modérées » mais qui sont suffisantes pour garantir le remboursement, ça en plus de mon rapport apocalyptique de mauvais cholestérol, et de ma prise de metformine, c’est banco.

Il me raccompagne vers son secrétariat, qui me propose une date d’opération : ça sera pour le 24 août prochain!
Encore une consultation psychologique pour valider mon dossier (j’ai les boules d’ailleurs, ça sera en néerlandais et à 105€ la consult… heureusement que l’opération est remboursée!) et voilà #yapuka…

Il ne reste donc plus que 86 jours avant le début d’une nouvelle aventure!

Beaucoup de « by-passés » considèrent cette opération comme le début d’une nouvelle vie, pour moi, elle représente plutôt un nouvel élan. Je serai toujours moi « intérieurement », même si je compte bien me sortir les doigts du luc un peu et me mettre sérieusement à une activité physique plus régulière (vive les cours de gym avec belle-maman :-D), il n’y aura donc que « l’extérieur » qui va changer, mais j’ai franchement hâte!

Résultat de recherche d'images pour "new lif"

On a testé mon sommeil

Je dors en général plutôt bien, et plutôt beaucoup, au grand dam de Pilou.

Du coup, je n’étais absolument pas stressée d’aller passer une nuit à l’hôpital pour tester mon sommeil, test qui permet de déterminer si je fais des apnées du sommeil (condition, si elle est remplie, qui ferait en sorte que l’opération-by-pass soit remboursée par ma mutuelle).

Arrivée comme une fleur à 18h30, tout s’enchaîne rapidement. J’arrive au bureau des infirmières, l’une d’entre elle m’amène dans ma chambre, le plateau repas est posé sur la table : « café ou soupe? » « soupe, merci ». Après les 2 tartines et la soupe avalées, j’ai instruction de me mettre en pyjama pour démarrer « l’installation ».

L’infirmière commence par poser un boitier à hauteur de mon estomac, qu’elle fixe à l’aide de 2 sangles velcro. 2 sangles supplémentaires, élastiques, viennent s’ajouter par dessus et par dessous le boitier. Ensuite viennent les électrodes. Au total, ce ne sont pas loin de 20 électrodes qui seront posées à divers endroits: 4 sur le visage (1 sur le front, 1 sur le menton, et 1 de chaque côté des yeux), 2 sur le thorax, 2 sur les jambes, 1 sur l’index,  et 10 sur le crâne (5 de chaque côté, allant du début du front jusqu’à derrière l’oreille) (oui ça ne fait que 19 mais dans les 20, je compte le capteur nasal, le masque qui s’insère dans les narines). Le tout joyeusement fixé grâce à une pâte grisâtre et une quantité non négligeable de sparadrap anti-allergique (sauf pour le capteur nasal, heureusement). Une fois toutes les électrodes reliées au boitier, c’est le boitier qu’il faut relier à la prise murale (une sorte de prise HDMI), et c’est parti pour la prise de mesures de référence : mouvements des yeux, de la bouche, du thorax, et des jambes.
Une fois que tout est ok sur le PC, elle débranche la prise murale, mais laisse en place tout le reste et je suis « libre » de mes mouvements jusqu’à 20h30. A 20h30, elle vient tout rebrancher et place, en plus de tout le reste, un joli filet sur ma tête, afin de maintenir tous les fils en place.
J’ai le droit de regarder la télé ou lire ou… m’occuper jusqu’à 22h00, dernière limite. Heureusement, la série que je regarde se termine à 22h07, j’appelle l’infirmière pour les derniers réglages, et c’est parti pour la nuit.

Lorsque la lumière est éteinte, je n’en mène pas large. Autres volumes, autres bruits, autres lumières, autres… autres tout en fait, j’ai envie de me retourner mais je limite mes mouvements. Me sentant finalement partir rejoindre les bras de Morphée, je suis réveillée une première fois par l’infirmière de nuit. L’électrode derrière mon oreille gauche a bougé. Elle viendra la replacer 2 fois, à la 3e, elle décide de l’arracher enlever complètement et de la replacer correctement. Sauf que la pâte a durci entre temps, et qu’elle m’arrache la moitié de mon scalp. Aujourd’hui encore, quand je remets des mèches derrière mes oreilles, je m’attarde à l’endroit où se trouvait cette p^@{¨n d’électrode et ai la très nette impression d’avoir un « trou » dans les cheveux 😦
Il était donc 00h36. Le reste de la nuit sera compliqué, entre la peur de faire bouger à nouveau cette p^@{¨n d’électrode, celle de faire bouger la p^@{¨n d’électrode de droite et mon incapacité à dormir sur le dos, ça nous donne des réveils fréquents, un ré-endormissement compliqué et une nuit carrément pourrie.

L’infirmière m’avait expliqué que le matin, elles commençaient leur ronde de réveil à 06h30. A 06h27, une irrépressible envie de pipi se fait sentir, et à 06h33, n’en pouvant plus, je sonne. Elle vient me libérer-délivrer (je t’en prie, c’est gratuit). Elle me demande si j’ai bien dormi, je lui réponds que ça n’était pas la meilleure nuit de ma vie. Elle semble surprise, j’ai dû scier l’équivalent de la Forêt Vierge avec un bout de la Forêt de Soigne en prime, mais elle a l’air satisfaite des mesures prises durant la nuit, c’est le principal. Il me semblait avoir entendu qu’elle passait me faire les premières constatations avant mon départ, mais sa collègue qui vient m’apporter mon plateau petit-déj me dit le contraire, selon elle, je peux petit-déjeuner, me rhabiller et m’en aller.

Résultat de recherche d'images pour "mauvaise nuit"

Vu mon état, je ne me fait pas prier et m’en vais. Ce que je n’avais pas prévu, c’est que la nuit soit aussi mauvaise, certes, mais surtout, que je n’aurai pas la possibilité de me doucher alors que j’ai de la pâte à coller des électrodes plein les cheveux! Du coup, moi qui pensais me pointer la fleur au fusil au boulot, c’est plutôt la queue entre les jambes que j’ai fait un mail à mon boss et que je suis rentrée pour tenter de récupérer un peu. J’ai dormi 3h d’affilée, ai pris une bonne douche et suis malgré tout allée bosser, non sans mal, l’après-midi.

Résultat des courses, c’est que je n’ai aucun résultat de ce test, aucune idée de si je fais, oui ou non, des apnées et donc aucune certitude de si mon opération sera prise en charge ou non.
Je suis toujours dans le flou, à tel point que j’ai demandé à mon médecin traitant une prescription pour une pds pour le fameux triangle glycémique. Etant sous Actos (dérivé du Glucophage que je ne supportais pas du tout), mes valeurs glycémiques étaient tout à fait dans la norme lors de ma dernière pds. Mais je sais qu’elles sont catastrophiques sans ce médoc. Du coup, j’ai appelé la coordinatrice du chirurgien qui m’a conseillé d’attendre le prochain rdv et d’en discuter directement avec le chirurgien. Affaire à suivre donc…

Je ne suis pas mécontente que cette mésaventure soit derrière moi, mais maintenant, le stress reprend ses droits.
Quand je lis les témoignages des « by-passés », qui parlent d’une renaissance, d’une nouvelle vie, je n’ai qu’une hâte, que ça soit enfin mon tour!

Prochain épisode : rdv chez le chirurgien le 19 mai prochain…

Vers une nouvelle étape?

*Merci à toutes pour vos adorables petits mots, vos croisages et votre courage, tout ça m’a été grandement bénéfique vendredi dernier!*

Lors de mon dernier article, je vous disais être stressée que le médecin n’accepte pas de m’opérer. J’avais même préparé un speech sur le décès de mon papa, le déclic, la peur pour ma santé, ma motivation à reprendre un mode de vie sain et équilibré après l’opération, et tout et tout…

Finalement, cela ne m’aura servi à rien, puisqu’un seul coup d’œil à ma dernière PDS aura suffit à convaincre le médecin.

Petit retour sur le déroulé du rdv:

Arrivée avec 1h de retard (j’ai un gros soucis avec les agendas sur smartphone), je suis d’abord passée (relativement rapidement d’ailleurs, comme quoi, c’est parfois pas plus mal d’arriver en retard) chez l’assistante du médecin qui a parcouru un questionnaire avec moi – poids, taille, IMC, problèmes liés à l’obésité.
J’ai ensuite été amenée dans un autre bureau, où une autre assistante a pris ma tension et m’a demandé d’attendre le médecin.
Il est arrivé quelques minutes plus tard, telle une véritable tornade grisonnante!
Bien sympathique au demeurant, m’appelant directement « ma chérie », il est quelqu’un qu’on pourrait assurément qualifier de « cash ». Mon poids à proprement parler ne l’inquiète pas. Par contre, mes valeurs de triglycérides l’ont carrément affolé! En effet, je suis bien au-delà des normes et il n’a apparemment jamais vu de taux aussi élevé.
Du coup, il m’a carrément poussé à réaliser un by-pass. Intervention qui va court-circuiter la majeure partie de l’estomac en ne gardant qu’une petite poche gastrique (balle de ping-pong) et qui est donc particulièrement indiquée dans mon cas puisqu’elle va empêcher l’absorption massive des sucres et graisses (particulièrement problématique pour les diabétiques).

Pour lui, remboursement ou pas, il faut que j’y réfléchisse très sérieusement car il y va de ma santé. Sauf que…
Sauf qu’il n’a pas trop voulu s’éterniser sur l’aspect financier de l’intervention, qui n’est pourtant pas négligeable du tout puisqu’il faut compter près de 6.000€ sans intervention de la mutuelle!
D’après lui, ma glycémie pourrait à elle seule être une condition de remboursement, sauf qu’avec mon Actos (dérivé du Glucophage), elle est totalement dans les normes (105 pour 120 max à jeun). Du coup, il m’a quand-même demandé d’effectuer un test dans une clinique du sommeil pour voir si je fais des apnées. Ce test déterminera si l’intervention sera remboursée par ma mutuelle ou non.

Le rendez-vous s’est donc très, très bien déroulé, au-delà de mes espérances même, mais je dois bien avouer avoir été quelque peu perturbée en sortant…
J’ai été un peu sonnée par le fait qu’il me pousse lourdement à faire cette opération et j’ai même pensé un moment qu’il avait besoin de ces 6.000€ pour refaire ses chiottes ou comme argent de poche pour son prochain voyage aux Bahamas…
Pilou m’a rassurée en me disant qu’il n’avait probablement pas besoin de ça pour vivre puisqu’il pratiquait énormément d’opérations similaires tout au long de l’année. Et que tous les excellents médecins étaient toujours un peu perchés ou bizarres.
Ce w-e, j’ai donc surfé sur quelques forums à la recherches d’informations, mais surtout d’avis de patients qui auraient été opérés par Dr. Tornade et quelle ne fût pas ma surprise de découvrir que 90% d’entre eux étaient tout simplement aux anges après leur opération. Dans les commentaires qui revenaient le plus souvent, on pouvait lire : « médecin très humain, qui se préoccupe réellement de ses patients », « très compétant », « mondialement reconnu »,…
Bref, énormément de positif et d’éloges le concernant. Beaucoup de positif en ce qui concerne l’opération même, les suites qui s’avèrent assez faciles à gérer et sans trop de problèmes post-op.

Tout ceci m’a donc conforté dans mon idée de poursuivre avec lui, de retourner le voir pour prendre la décision définitive : si ma mutuelle intervient dans le remboursement alors je fonce, si pas, tant pis, je devrai trouver une autre solution.
Ce n’est donc pas encore tout à fait dans la poche, la prochaine étape est le test du sommeil prévu le 19 avril prochain et nouveau rdv chez Dr. Tornade le 19 mai. Si tous les feux sont au vert à ce moment-là, l’intervention sera probablement prévue pour septembre/octobre.

Encore un bout de chemin à parcourir avant tout cela mais la motivation y est plus que jamais !

Résultat de recherche d'images pour "motivation"

Vendredi 31 mars

**Petit aparté pour vous dire merci pour vos messages suite à mon dernier article. Nous remontons la pente doucement, même si ce n’est pas tous les jours faciles. Et j’ai donc décidé de continuer à écrire ici, car cette opération fait effectivement partie de mon (notre) parcours du combattant pour avoir notre bébé. Fin de l’aparté.**

D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours souffert de problèmes de poids. Enfin, surtout lorsque j’ai commencé l’école primaire, car avant cela, même si je ne m’en rappelle plus distinctement, j’ai l’air d’être plutôt dans la moyenne sur les photos.

Un changement d’environnement (école, ville, maison,…) vers 8 ans pourrait-il être à l’origine de ces problèmes? Je ne peux le jurer… Toujours est-il que dès mes premières visites médicales scolaires, le médecin inscrivait pratiquement systématiquement « poids à surveiller ». Ce poids a été le complexe qui m’a accompagné durant toute ma pré-adolescence, toute mon adolescence, et qui m’accompagne encore aujourd’hui.

Pour mettre des chiffres et rendre plus concret ce complexe, j’ai atteint assez vite les 50kg en début d’adolescence, pour finir par osciller entre les 65-70kg vers mes 16-17 ans. J’étais alors en couple et assumais plutôt bien mes formes. Rien de dramatique me direz-vous, même si à l’époque, ma meilleure amie pesait dans les 50kg. Mon image, sans m’obséder complètement, me revoyait déjà une sorte « d’anormalité ». Lorsque j’ai quitté le garçon avec lequel je sortais trois ans plus tard, je suis « retombée » à 63kg (ce chiffre m’a marqué, car je retrouvais un poids « acceptable »). Je pesais 68kg quand j’ai rencontré Pilou en 2005.

Les années aidant (sans parler des traitements PMesques), c’est plus de 30kg qui se sont insidieusement invités sur ma balance. J’ai eu plusieurs « prises de conscience » pendant ces années, durant lesquelles j’ai réussi à perdre quelques kilos… Appelez-moi la Reine des régimes (sans vouloir faire de l’ombre à la Reine de la PMA bien sûr!) : hyperprotéiné (-8kg), Indice Glycémique (devant être particulièrement adapté à ma résistance à l’insuline, symptôme reconnu du sopk, -2 ou -3kg), WW (-10kg), diététicienne consultée récemment (-5kg, puis +1,5kg donc -3,5kg au total).
Tout ça en reprenant le poids perdu quelques semaines/mois plus tard, pour finir par atteindre mon poids record de 103kg lors de la première consultation chez la diététicienne en septembre 2016.
J’ai perdu 2kg en 3 semaines en suivant sa méthode « manger en fonction de sa faim » (qui s’apparente à la méthode Zermati si j’ai bien suivi). J’ai continué à perdre petit à petit pour atteindre les 98kg lors de ma dernière séance avant les fêtes. En janvier, je me doutais de la cata, puisque j’avais zappé mon médicament « Metformine » et que j’avais eu des fringales énormes. Résultat sur la balance : retour à 101kg.

too-wide

Avec les évènements récents et le chamboulement émotionnel, je suis descendue à 97kg. Soit encore et toujours 30kg de trop pour que mon IMC soit dans la norme, c-a-d à 25, comme me l’a si bien fait remarquer Pr. DS lors de notre dernier rdv.

Cette prise de poids lente et insidieuse et l’incapacité d’en perdre malgré tous mes efforts m’ont fortement atteint dans mon estime et ma confiance en moi. Malgré l’explication sopk (perte de poids rendue plus difficile que pour une personne « lambda »); je vis ce poids comme un échec constant dans ma vie. Je sais que mon poids ne me défini pas, mais il commence à me faire redouter de ne plus pouvoir vivre « normalement », comme par exemple m’empêcher de réaliser le saut en parapente l’été dernier. J’ai stressé de savoir si je pourrai ou non le faire, que j’en suis même venue à mentir de quelques kilos pour être sûre de pouvoir vivre ce moment unique… La goutte d’eau a bien entendu été la dégradation rapide de l’état de santé de mon papa, atteint de diabète de type 2, que je risque de développer également à cause du sopk évidemment. Le voir ainsi relié à un semblant de vie par toute une série de machines m’a terrorisé et le regard de Pilou lorsqu’il m’a dit qu’il ne supporterait pas de me voir comme ça ont été les éléments qui ont clairement fait sonner l’alarme dans ma petite tête. Ça en plus du coup de massue asséné par Pr. DS concernant la qualité de mes ovocytes forcément.

Voilà donc ce qui m’a décidé à prendre rdv chez un chirurgien spécialisé (et très réputé en Belgique) en chirurgie bariatrique. D’après son site Internet, je peux envisager  une chirurgie remboursée par ma mutuelle, grâce à mon IMC de 35,5 et à mes antécédents de diabète (vu que je suis déjà sous Metformine). J’aimerai me/le diriger vers une plicature de l’estomac, c-a-d qu’il replierai « simplement » une partie de mon estomac, sans ablation, ni autre by-pass. Je travaille dans le secteur des transports, et plusieurs chauffeurs m’ont déjà parlé de cette intervention, qu’ils ont eux-mêmes subie et qui les a littéralement transformés et leur a redonné vie.
Attention, je ne me fais pas d’illusions en me disant qu’après l’opération, ça sera cui-cui les ptits oiseaux et que je perdrai mes 30kg en un claquement de doigts hein… je ne suis pas (encore) complètement débile ou stupide, je sais que je vais devoir être suivie très régulièrement, prendre des compléments vitaminiques, repenser radicalement mon plan alimentaire, et reprendre une activité physique sérieusement, mais je sais pourquoi je veux faire tout ça. J’espère juste que le médecin ne va pas me renvoyer chez moi sans autre forme de procès, ou que je ne serai pas arrêtée dans mon élan par un bilan psy insatisfaisant…

Petite problématique à ne pas perdre de vue cependant, vu que j’ai quand même perdu quelques kilos suite au décès de mon papa, j’espère ne pas en avoir perdu de trop et ne pas être passée en deçà d’un IMC de 35! Un vrai comble quand on y pense!

Verdict demain, rendez-vous à 11h45…

strss

Mardi 21 février

Dieu sait combien j’attendais ce jour avec impatience.

Finalement, sans répondre à mes attentes, il aura aussi été le jour le plus cauchemardesque de mes 32 dernières années.

Mon papa, qui était hospitalisé depuis plusieurs semaines et avait passé un peu plus d’une semaine aux soins intensifs, est décédé des suites d’une grosse infection. Sous dialyse continue, sous respirateur, avec des doses massives d’antibiotiques et de toutes sortes de drogues pour stimuler son cœur et sa tension, il était maintenu en vie artificiellement depuis plusieurs jours. Avec les explications du Professeur du service, ma maman et moi avons donc pris la décision la plus difficile de notre vie. Il s’en est allé 1h après l’arrêt de sa médication, paisiblement, grâce à la morphine administrée par le corps médical. Nous sommes restées à son chevet jusqu’au bout et après de nombreuses années de rancœur, j’ai pu lui pardonner et lui dire que je l’aime très fort. C’est un piètre soulagement face à cette perte et la profonde tristesse qui nous touche depuis, mais l’absence de ce regret-là me réconforte quelque peu.

Je ne veux pas m’appesantir à ce sujet ici, le travail de deuil va être long et je serai donc plus que probablement absente durant cette période.

Juste pour ceux et celles qui se demanderaient malgré tout, le rdv avec Pr. DS a été désastreux. Tous nos résultats sont impeccables, le poids représente donc à lui seul le facteur problématique dans notre désir de grossesse.

Sachant que c’est également le diabète qui a conduit mon papa à l’hôpital à plusieurs reprises, et que les risques sont donc augmentés pour moi aussi, j’ai pris la décision de subir une chirurgie bariatrique pour perdre ces 30kg qui pèsent sur mon avenir. RDV chez le chirurgien le 31/03.

Je ne sais pas si ce blog est l’endroit idéal pour développer cet aspect du parcours, je réfléchirai donc à la possibilité de continuer à écrire ici, ou d’ouvrir un espace dédié à cette nouvelle étape.

En attendant, je croise pour que celles qui sont montées récemment dans le train puissent valider leur ticket tout bientôt et pour que toutes celles encore sur le quai voient leur attente bientôt récompensée.

Douces pensées.

 

Pensées du Jour (rdv Pr. DS J-28)

Qu’est-ce que je suis pressée de revoir Pr. DS!

J’espère qu’elle nous donnera le go pour cette FIV, ICSI de préférence. Même si je n’ai pas perdu les 20kg qu’elle demandait, j’en ai quand même déjà perdu un quart…

Je me demande ce que ça va donner au niveau protocole… ils ne me connaissent pas encore, je risque une belle hyperstim. Ça serait ballot de faire une hyperstim quand même.

Peut-être qu’on n’aurait pas du changer de centre. Ils nous connaissent bien à Bruxelles et leur protocole a peut-être encore évolué et donne de meilleurs résultats.

En même temps, sans Pr. DS, il n’y aurait pas eu d’hystéroscopie, sans hystéro, pas de détection des polypes, pas de résection et pas de RIF test non plus, faut que je lui fasse confiance!

Je me demande d’ailleurs quels sont les résultats de ce fameux RIF test… j’espère qu’elle ne va pas nous annoncer une mauvaise nouvelle, je ne sais pas comment gérer une mauvaise nouvelle là tout de suite…

Et si on n’arrivait jamais à avoir d’enfant? Qu’est-ce qu’on va faire? S’acheter des bagnoles de luxe, ou une résidence secondaire quelque part où il fait beau? J’entends déjà les mauvaises langues s’apitoyer sur notre sort tiens.

Faudra que Pilou se décide une bonne fois pour toutes pour l’adoption, parce que bon, j’ai pas envie de commencer ce genre de démarches à 40 ans, moi.

Avec son travail, je peux même pas lui en vouloir le pauvre, il est tellement surmené…

Si jamais le RIF test est problématique, ou que Pr. DS ne veut pas faire de FIV, je supplierai Pilou pour assister à la prochaine séance d’information chez Thérèse Wante, et qui sait, il sera peut-être ok pour entamer les démarches finalement? Après tout, il aura 40 ans dans 2 ans, lui.

S’il ne veut pas, il sera bien obligé d’accepter qu’on adopte un chien. Un bébé labrador au lieu du bébé humain. Oui, au moins un bébé de quelque chose.

Mais bon, si ça se trouve, ces saletés de polypes étaient juste dans le chemin et maintenant qu’ils sont partis, on va avoir une belle accroche!

Pourvu que ça soit une fille…

Je crois que Fidji ça irait bien à un labrador chocolat.

Tom c’est bien aussi.

Révélations

Je suis sur plusieurs groupes FB qui concernent les OPK. Certains très intéressants, d’autres moins. Ceux de la première catégorie sont principalement anglophones, car comme je l’ai déjà mentionné dans l’un de mes précédents articles, les américains ont l’air de considérer ce syndrome comme une réelle maladie (et quand on prend tous les symptômes, sous leur forme la plus grave, il y a quand même de quoi).

1421339141916
*Le SOPK est un syndrome qui touche plus de 7 millions de femmes. C’est plus que le nombre combiné de personnes touchées par le cancer du sein, la polyarthrite rhumatoïde, la sclérose en plaques et le lupus.

Tout ça pour dire que, récemment, certaines filles du groupe ont ajouté à leur photo de profil un cadre, dans lequel il est indiqué « I am 1 in 10 – PCOS Awareness » (Je suis 1 sur 10 – opk power, enfin, un truc du style^^). Je me suis donc lancée et ai ajouté à mon tour ce cadre à ma photo de profil.

Résultat de recherche d'images pour "pcos awareness"

Quelques minutes plus tard, je recevais déjà des notifications.
D’abord de simples « likes » d’amies, puis les réactions « smiley triste » de membres de la famille lointaine, et ensuite des commentaires.
Des commentaires de soutien, avec des smileys, des bisous et des cœurs, des commentaires d’amies qui se dévoilent, et des commentaires d’autres qui sont passées par là et apportent un peu d’espoir.
Même des messages privés, pour partager un peu de leur vie et de leurs galères, mais avec toujours une belle note d’espoir au bout.
L’une d’entre elle m’a carrément remerciée d’avoir osé ajouter ce cadre à ma photo et donc d’en parler, de façon indirecte. Je lui ai répondu que je l’avais fait principalement pour moi, et que je n’avais eu que des retours positifs et bienveillants, ce qui me facilitait beaucoup les choses.
Et pas plus tard que ce midi, lors de la pause déjeuner, le dialogue s’est fait assez naturellement avec mes collègues les plus proches, qui connaissent quelqu’une qui est passée par là, ou qui est actuellement en plein protocole. Un échange, parfois un peu d’éducation sur l’infertilité en général, et une fois encore, de gentils mots et du soutient.

Je ne m’attendais pas à autant de réactions, et même si je n’ai rien fait de particulier, ça me réchauffe le cœur de voir que finalement, un petit geste anodin peut apporter autant de surprises et de positivité!
Évidemment, nous sommes tous libres d’en parler ou non, mais je suis heureuse de l’avoir fait car tous ces retours sont plutôt encourageants!

Résultat de recherche d'images pour "pcos awareness"

Welcome 2017

Avec une guerre de retard, je remercie de tout cœur mes super swappeuses de Noël pour leurs super colis, plein de douceur et de tendre bienveillance. Ce fût un réel plaisir de les découvrir à l’aube de ces fêtes de fin d’année… Merci aussi à Super-Kalyz d’avoir organisé cela ❤

Déconnectée de la blogo depuis plus d’une semaine, j’ai découvert à mon retour de belles surprises, d’autres moins, des bilans, des résolutions et des espoirs. A mon tour, je veux vous souhaiter de trouver la lumière sur votre chemin! Que ces prochains jours deviennent les témoins privilégiés de grands moments de joie et de témoignages d’amour.

Résultat de recherche d'images pour "love 2017"

En ce qui me concerne, pas de bilan, pas de rétrospective, juste une envie d’aller de l’avant, de foncer avec l’aide de Pr. DS et d’aller au bout de ce qu’on pourra supporter. L’approche de la 40taine (dans 2,5 ans) pour Pilou sonnera sans doute le glas des essais PMA et nous redirigera vers un autre chemin. Je pense être en mesure d’accepter tous les cas de figure, de la poursuite des essais PMA (voire même en DO) à l’arrêt simple et net de notre quête de bébé.

J’aborde donc cette année 2017 confiante et presque impatiente car mon agenda est déjà bien rempli de chouettes projets; un w-e bien être avec ma Miss Z, un possible changement de voiture, le concert de mon chouchou Loïc Nottet, un petit voyage avec ma Miss C, des vacances au soleil,…
Mais j’espère aussi secrètement une issue positive du rdv du 21 février prochain vers une FIV ICSI, de cette FIV ICSI à un taux positif, de ce taux positif à des échos satisfaisantes, de ces échos à un accouchement sans (trop de) complications, et de cet accouchement à un début d’une nouvelle vie à 3 (ou 4)… faut bien continuer à rêver un peu 😉
Je continue mon bonhomme de chemin vers l’objectif perte de poids en vue de ce fameux rdv, j’en suis donc à 5kg de perdus depuis septembre. Certes, ce n’est pas un chiffre mirobolant, et il faudrait qu’il y en ait au moins 20 autres qui suivent, mais je suis confiante. Je n’ai pas radicalement modifié mon comportement alimentaire, je suis simplement plus à l’écoute de mes sensations, et ça, pour la gourmande que je suis, ça n’a pas de prix! Pas d’objectif particulier à ce niveau-là, juste une envie de poursuivre cette descente, lentement, mais sûrement.

J’espère et vous souhaite une nouvelle année sereine et pleine de jolies surprises!!!

Résultat de recherche d'images pour "new year quotes"

 

 

L.A.

Malheureusement, aucun séjour outre atlantique n’est prévu prochainement, même si j’en rêve…

Il s’agit juste de ma nomination au fameux Liebster Award qui a fait fureur sur la blogo!

Je voudrai remercier leptitlepsie  et aloreedubois, 2 super chouettes blogueuses, pour la nomination; ça me fait vraiment chaud au cœur ❤
Ayant déjà participé à 2 reprises (ici et ici), je ne vais pas vous infliger une 3e saison (c’est surtout que les anecdotes deviennent difficiles à trouver) mais comme je suis polie, je vais quand même répondre aux questions posées !

La série de leptitlepsie

1/ Sucré ou salé ?

Saucisson, chips, frites, pizza, pâtes, fromages, charcuteries,… je continue ou…?^^

2/ Meilleur souvenir de vacances ?

L’Italie, avec mes parents. La soupe aux légumes et vermicelles de l’hôtel, ma première paire de tongs trop belles avec des petits brillants, un t-shirt personnalisé avec mon

Résultat de recherche d'images pour "plage rimini"

prénom, les fameuses mèches enroulées avec du fil (apparemment, ça s’appelle des atébas…), les balades en cuistax, les journées à la

plage avec le soleil réchauffant ma peau blanchâtre de petite citadine, les promenades du

soir avec une chaleur douce et enveloppante comme un cocon, les gelati – la Dolce Vita que je rêve de pouvoir revivre un jour en famille…

3/ Le surnom de ton amoureux ?

Pilou est… Pilou dans la vraie vie 🙂 Sinon, pour ses amis c’est un diminutif de son prénom, et parfois Tit Nem (rapport à sa technique d’auto-enroulement dans la couette qui me laisse à moitié nue et frigorifiée pendant les 3/4 de la nuit mais qu’il n’utilise heureusement plus très souvent)Résultat de recherche d'images pour "pilou"

4/ En quel animal, te réincarnerais-tu ?

J’hésite entre l’oiseau pour pouvoir voler, le chat pour les heures de sommeil journalières ou le chien car c’est mon animal préféré.

5/ Ton film préféré ?

La petite princesse/Jumanji/La Belle et la Bête (j’en regardai un de ceux-là tous les mercredis en rentrant de l’école, en alternant, pendant plusieurs années!)

6/ A quel âge, ton premier baiser ?

#HonteInside… mon premier, vrai de vrai, baiser (ze French Kiss quoi), c’était à 16 ans… (et j’ai pas vraiment kiffé parce que j’étais pas amoureuse du garçon :-/)

7/ Ton pire cadeau de Noël

Je vais un peu tricher car j’adorai noël il y a encore 4 ans, donc tous les cadeaux reçus étaient spéciaux pour moi, mais comme mon anniversaire n’est qu’à 2 semaines de noël, il y a un cadeau, reçu par ma meilleure amie de l’époque qui m’a laissé un (mauvais) souvenir impérissable. C’était un affreux pull ‘fluffy’ blanc, qui était à la mode dans les années 80, et qui l’est à nouveau aujourd’hui d’ailleurs. Dommage qu’elle me l’ait offert en 2000…

8/ Ta chanson préférée ? Pourquoi ?

J’adooore la musique, je suis très variété, chanson française, pop, dance, bref la daube qui passe tous les jours à la radio et il m’est donc très compliqué de choisir une chanson parmi des millions.
Mais depuis 2 ans, je suis devenue ultra, méga, giga fan d’un artiste belge incroyable, découvert par The Voice Belgique (et dont j’ai déjà parlé ici) et ma chanson préférée est donc devenue sa cover d’Elastic Heart de Sia. Il s’agit de Loïc Nottet, je vous mets la vidéo, ne me remerciez pas, c’est cadeau!

9/ Où souhaiterais-tu vivre et pourquoi ?

Résultat de recherche d'images pour "san antonio riverwalk"J’adorerai vivre en Californie ou au Texas, j’ai eu la chance de vivre 1 an en Californie et j’ai aimé l’influence mexicaine de ces deux états qui leur amène plein de belles couleurs vives, et j’aime aussi leur nonchalance et leurs dollar stores^^ Sinon, vivre sur une île, avec vue sur l’eau me ravirait vraiment, la mer a un effet très apaisant sur moi.

10/ Quel est ton pêché ?

La gourmandise, ça c’est le mignon, et le moins mignon est plus que certainement la paresse (puisque la procrastination n’est pas dans la liste des 7).

11/ Un mot pour te définir ?

Avant la PMA, j’aurai répondu pétillante sans hésiter. Depuis, je suis devenue plus pragmatique.

 

Et la série de aloreedubois

#1-Pourquoi blogues-tu ?

J’ai ressenti le besoin de coucher mes émotions sur un clavier. L’enfant qui tarde à venir chamboule ma vie à un point que je n’aurai pas imaginé. Me livrer ici me permet de vivre un peu plus sereinement « In Real Life »

#2- En couple, mariée, célibataire ?

Mariée à Pilou depuis 4 ans (et en couple avec ce même Pilou depuis 11 ans^^)

#3- Si tu devais mourir demain, à quoi occuperai-tu ton dernier jour ?

Je n’y avais jamais réfléchi avant, alors à brûle-pourpoint je dirai dire au revoir à mes proches, les remercier pour la belle vie que j’ai eue grâce à eux et leur dire que je les aime

#4-Chocolat ou fromage ?

LE choix cornélien par excellence. En vraie belge qui se respecte, j’adore le chocolat (enfin, uniquement le noir), mais mon cœur balance car le fromage reste un met dont je raffole!
Résultat de recherche d'images pour "chocolat fromage"

#5- La chanson qui te met de bonne humeur le matin, même après une nuit pourrie ?

Move your body de Sia

#6-Quelle est le premier blog que tu as lu et qui t’a donné envie de bloguer à ton tour ?

Le premier blog découvert à été celui de Lucette. J’ai adoré son humour et son courage.
Le blog qui m’a donné envie d’écrire, ou plutôt qui a fini de me convaincre de publier mes premiers articles est celui d’une « copinaute » devenue amie dans la vraie vie depuis, il s’agit de Titpouce.

#7-Quelle est ta plus belle réussite ?

Ma plus belle réussite, je dirai que c’est ma maison. On l’a construite nous-même, avec mon Pilou, et je dois dire qu’on a fait du beau boulot!