Ma vie est tout à fait GIFfante

Super défi lancé par Giffette et que je m’empresse de relever… Bon c’est sûr, on est douée ou on ne l’est pas et moi, jle suis pas. Mais un défi est un défi, alors qu’à cela ne tienne!

Je me lance :

Ma tête quand le Gygy N°1 m’a dit que j’avais des ovaires micro-polykystiques

bsi

La tête de Pilou quand il a assisté pour la première fois à une des mes écho endo-chattale

YesMinisterReaction61

Ma tête quand je dois me lever à l’aube le matin pour le rdv dans mon centre à 85km de chez moi (oui je sais, c’est pas loin, mais quand même)

tumblr_inline_n4tpm18l701rzcm84

La tête de Pilou quand il se rend compte qu’on va devoir recommencer tout le protocole

tense

Ma tête quand on m’a annoncé le premier résultat négatif

whid

Puis le 2e

ioA8mSM1

Puis le 3e

03b6f08a90f372be0f9e79cbfb49f4ea

Et depuis qu’on est en pause…

hands

 

 

Publicités

Adieu

Désolée pour ce long silence… J’avais des tonnes de choses à vous écrire, sur ma lecture phare du moment, sur mon flash forward à l’approche d’un rdv médical important, sur les bonnes choses de la pause-PMA et de la vie en somme, mais c’était trop beau, trop joli tout ça…

Depuis une quinzaine de jours, larouetourne a tourné, et pas dans le bon sens.

Il y a eu d’abord cette annonce, complètement inattendue. Même les futurs parents nous ont raconté les réactions dubitatives auxquelles ils avaient du faire face. Je m’en veux car j’aurai du m’en douter, à force de dire fontaine je ne boirai pas de ton eau (ou, dans le cas qui nous occupe, non non je ne veux pas d’un deuxième), ça aurait du me mettre la puce à l’oreille. Mais non, en gentille naïve que je suis, je ne l’ai pas vue arriver et paf, elle (l’annonce) m’a percuté de plein fouet.

J’ai eu du mal à m’en remettre et tournais en rond depuis une semaine quand mon ciel s’est totalement effondré. Pour celles qui ne le savaient pas, on s’était fait adopter Pilou et moi par Mika il y a plus de 2 ans. Quand je dis qu’on s’est fait adopter, c’est parce que du jour au lendemain, il est littéralement rentré dans notre maison, on a tenté de le faire sortir mais il se plaisait bien donc on a (vite) capitulé. J’ai jamais été très chat, je suis plutôt du genre chien, les vrais, gros, poilus et baveux de chiens, mais Mika était différent. Je ne vous fait pas un dessin, pour celles qui ont une ou plusieurs boule(s) de poils à la maison, vous savez combien nos animaux sont uniques et qu’ils ont chacun leur personnalité propre. Vous l’aurez compris, Mika nous a quitté. On est à nouveau seuls, et la petite famille qu’on s’était créée s’est envolée. La maison est tellement vide, comme mon coeur. Vous savez mieux que n’importe qui d’autre ce que ça peut représenter pour l’infertile que je suis, un nouvel échec, une nouvelle perte et une furieuse envie de tout envoyer valser en laissant ce malheur derrière nous…

Mais la vie doit reprendre le dessus car c’est dans l’ordre des choses. Il faut repartir avec ce bagage supplémentaire et avancer, encore, vers cette destination qui semble si lointaine.

Mon Mimi me manque…

Tinkie fait sa rentrée

image

Entendons-nous bien, je ne suis ni prof, ni étudiante, mais comme les dates coïncident, je me dois donc de faire ma rentrée bloguesque (tiens, ça n’avait pas l’air comme ça, mais c’est pas évident à prononcer dites-donc ˆˆ).

Hé oui, fini les vacances, re-bonjour train-train quotidien et tout le toutim!

Pour refaire un ptit tour en arrière car, vilaine que je suis, je ne vous ai même pas updaté lors de mon départ ni lors des vacances à proprement parler, vive les connexions zéro, voici les infos en totale exclu :

Il se fait que cette année, malgré les derniers évènements taffesques (faudra que je vous raconte tiens, car y’a du nouveau, mais je ne peux pas encore trop m’étendre ici…) et nos réservations tardives, nous avons passé des vacances de rêve. Premier stop dans une maison d’hôtes dans le sud, pour rejoindre ensuite l’Espagne pour une semaine sous le signe de la détente et de la liberté et nouveau stop sur le chemin du retour pour faire le plein de vin. Que dire, que dire… Je ne trouve pas de mots assez forts pour exprimer le bien-être ressenti lors de ces quelques jours d’évasion! Tous les éléments étaient réunis pour passer des vacances sans soucis et profiter pleinement de ce nouveau « nous » qui nous appartient depuis quelques mois maintenant.
Mais… Oui, parce que vous savez ce qu’on dit, y’a toujours un mais…
L’hôtel que nous avions choisi (parmi les dernières disponibilités) s’est avéré être un nid à bébés et enfants en bas âge. Attention, aucune critique du style « qu’est-ce qu’ils étaient bruyants/chi@nts/beaucoup trop mal élevés (barrez la mention inutile, ou pas), non non, pas du tout, aucunement, que nenni! Nous sommes tombés amoureux de presque chaque tête blonde que nous croisions (enfin, blonde, brune ou rousse hein, pas de descrimination chez nous ˆˆ) et c’était justement ça le problème. Lors d’un repas, nous avons repris notre discussion PMesque, point de vacances pour l’ennemi, et Pilou m’a avoué se sentir mal face à toutes ces familles heureuses. En fait, pour reprendre ses mots, il n’était pas « mal » mais envieux. Nous étions en symbiose dans notre envie. Nous ne pouvons en vouloir, et n’en avons jamais voulu, aux autres d’être heureux et d’avoir ce dont nous rêvons, mais nous avons ressenti ce vide qui nous accompagne depuis bientôt 4 longues années.
Je ne sais pas encore très bien gérer ça, ou si j’arriverai un jour à le gérer, et ça n’a certainement pas gâché mes vacances, ça leur a juste donné ce petit twist d’amertume pour leur donner une saveur particulière.

Qu’en est-il de la rentrée PMesque me demanderez vous? Hé bien, pour l’instant c’est encore flou. J’aurai aimé rappeler le centre pour mon anniversaire (mi-décembre) pour recommencer le protocole (reprise de la pilule, échos & pds, oestrogel, menopur, utrodégueu…) et pouvoir me reposer à la maison en janvier pour la ponction et le transfert. Pilou est encore un peu frileux face à ce programme et préfère attendre un éclaircissement de ma situation professionnelle avant de se relancer dans l’aventure. Si ce n’est pour cette petite différence de timing, on est d’accord sur l’ensemble, on se laisse encore quelques tentatives en PMA, avec continuation, ou plutôt reprise du régime en même temps (j’ai déjà dit vive les vacances? :-/), et si après tout ça nous nous sentons prêts, on se lancera dans l’aventure de l’adoption. Je suis heureuse que nous ayons une vision comune de notre avenir parce que finalement, on ne peut pas vraiment prendre ça pour argent comptant. C’est déjà un bon début, et je dirai même carrément un bon milieu, quant à la fin, ce n’est pas à nous de décider!!!