Titi à la maison

La semaine dernière, c’était l’annif de ma maman. Il se trouve que mon Titi (mon neveu, 12 ans) passait justement une semaine de vacances chez elle. J’ai donc comploté avec lui pour organiser un petit w-e d’anniversaire surprise. Vendredi soir c’était resto italien, Titi et maman revenaient ensuite dormir à la maison, samedi c’était journée parc d’attraction et dimanche, petite journée à la mer du nord. Nous avons passé un w-e absolument génial, le resto était délicieux, on a eu un temps magnifique pour le parc d’attraction (enfin, on s’est quand même tapé 2h de route car il faisait beaucoup trop dégueu en Belgique, et on a bien fait!), et on a bien rigolé le dimanche. Mon Titi est vraiment un chouette gamin, c’est le premier de mes neveux et nièce, et c’est à cause de lui que j’ai écourté les vacances qui ont suivi mon année d’échange aux USA car il est né le 31 mai et je devais normalement rester jusque fin août en Californie. Quand j’ai appris sa naissance, j’ai voulu rencontrer et serrer dans mes bras ce petit être qui faisait de moi une Tatie pour la première fois. J’ai eu la chance de le voir très souvent car ma maman allait le garder le mercredi après-midi, et je l’accompagnais parfois, sans parler de toutes les fêtes  et diners qu’on organisait entre nous. Alors qu’il n’avait que 5 ans, ses parents ont divorcés, mon frère (l’ainé, pas celui dont je vous parlais ici) s’est barré avec une pouffi*sse de première classe (raison pour laquelle nous n’avons plus que des contacts très limités avec lui), ma belle-sœur a donc du revendre leur maison et a déménagé à plusieurs kilomètres de chez nous. Ça n’a pas été facile pour ma maman, qui prenait le train (elle n’a pas le permis) pour aller le voir le mercredi après-midi, une ou deux fois par mois. Heureusement, depuis quelques années, ça s’est amélioré, et il vient passer quelques jours chez elle pendant l’année et une semaine pendant les grandes vacances. En général, je m’arrange pour être présente au moins un jour pour les accompagner lors de diverses activités. Ce w-e en leur compagnie a donc été un pur bonheur, mais je me suis rendu compte que ce n’était pas que de la rigolade… Il déborde d’énergie, comme n’importe quel gamin de 12 ans, est relativement facile à recadrer mais demande énormément d’attention. En les reconduisant à la gare, je me suis dit que finalement, tout ça n’était peut-être pas fait pour moi… J’ai 30 ans, si je devais tomber enceinte maintenant, j’aurai dans les 43 ans quand mon enfant en aura 12. Si je suis déjà fatiguée après juste un w-e passé avec lui, qu’en sera-t-il à 43 ans, avec un(e) pré-ado en permanence… Ça m’a fait peur, et je sais que la patience n’est pas le fort de Pilou non plus, même s’il a géré grave ce w-e. Est-ce qu’on est vraiment faits pour être parents? On se dit souvent que ça serait plus facile avec les nôtres, mais si ça n’était pas le cas? Si justement c’était pire? Je venais de déposer mon Titi et ma maman à la gare et toutes ces interrogations tournaient en boucle, quand, petit à petit, les souvenirs de ses blagues, de tous les mythes qu’il nous a raconté (il est fan de mythologie grecque), de sa fierté à nous montrer son camp de guerrier sur sa tablette ont refait surface… et aussi tous ces moments où je lui ai appris ou expliqué quelque chose, où je lui ai montré comment faire, où on a juste partagé… Et c’était formidable! C’est là que je me suis dit que oui, ça sera dur, compliqué, éreintant, désespérant, parfois ingérable, mais que ces beaux moments de partage, de découverte, d’apprentissage, ou même juste câlins et d’amour arriveront sans aucun doute à combler les difficultés que nous ne manqueront pas de rencontrer. Alors je ne perds pas espoir, et si parfois j’ai l’impression que tout ça n’est pas pour nous, je sais que ce n’est qu’un moment de découragement et que je serai récompensée par des moments de pure tendresse. Ne perdez pas espoir non plus, vous toutes PMettes (ou pas d’ailleurs) car le plus beau reste à venir!

Réminiscence et ma chanson de l’été

J’ai eu du mal à trouver cette chanson de l’été suite à l’article de Julys car pour moi les vacances sont encore loin et que j’essaie le fameux « vivre au jour le jour » conseillé par ma psy.

Mais voilà, le mariage de ma cousine ce samedi était le dernier « gros » évènement d’une longue série et j’ai maintenant l’impression que je vais pouvoir souffler jusqu’à nos « vraies » vacances, et j’ai donc trouvé la chanson qui me semble être le reflet de mes vacances.

Avant ça, quelques mots sur ce mariage… très beau, météo idéale, une mariée juste magnifique, son époux très élégant, ils forment un couple absolument époustouflant. Beaucoup de personnes ont pris la parole, aussi bien durant la cérémonie qu’en dehors, et je ne sais pas si ce sont les origines africaines du marié qui voulaient ça, mais à chaque discours prononcé revenait invariablement des souhaits de grande famille. J’imagine qu’avec +/- 150 cousins du côté du marié, ça doit en effet être quelque chose d’important dans leur culture, que je ne connais malheureusement pas assez pour pouvoir me positionner sur le sujet. Et puis j’ai pensé à ma cousine, qui je sais, a envie d’avoir des enfants également, mais qui doit quand même avoir une sacré pression sur les épaules… J’ai aussi repensé à mon propre mariage, il y a déjà bientôt 3 ans, avec quelques vœux d’agrandir la famille mais sans plus. Je ne peux m’empêcher de me demander si finalement, ça aurait pu changer quelque chose que les gens nous souhaitent plein de jolis bébés. C’est bête ce genre de réflexion car pas mal d’invités étaient au courant de nos soucis, donc c’était sans doute une marque de respect que de ne pas s’étendre sur le sujet, mais je ne peux m’empêcher de ressentir une pointe de jalousie vis-à-vis d’eux, qui, j’en suis persuadée, ne tarderont pas à agrandir leur famille tout juste unie.
Bref, nous nous attablons, le repas commence, l’ambiance est excellente, je me retrouve assise à côté de mon (demi) frère (je mets demi entre () car je trouve ça un peu idiot comme concept, comment peut-on avoir une « demie » personne, c’est mon frère tout entier ou ça ne l’est pas… mais je m’égare) avec qui nous parlons de tout et de rien et ça fait du bien car nous ne nous voyons pas très souvent (en l’occurrence, cela faisait un peu plus d’1 an que je ne l’avais plus vu à cause d’une embrouille à mon mariage, pour faire court, il ne nous a pas fait de cadeau, au sens propre du terme, j’aurai très bien pu comprendre qu’il n’ait pas les moyens mais un petit bouquet de fleur ou une petite carte expliquant son incapacité à nous offrir quoique ce soit pour des raisons x ou y aurait malgré tout été la bienvenue…). J’aime mon frère, et ce petit moment passé en famille m’a fait du bien malgré les ressentis que je pouvais avoir à son égard. Ses enfants, mon neveu et ma nièce sont adorables et extrêmement intelligents et mon neveu a fait fondre mon cœur d’artichaut… Il emmenait tout le monde voir la fontaine dans la cour intérieure de l’endroit où nous mangions, et comme la patience n’est pas la plus grande qualité des adultes en général, il a finit par me demander d’aller avec lui. Ravie par son enthousiasme, je me suis fait un plaisir de le suivre, et de passer un peu de temps avec lui. Il s’amusait à mouiller ses mains et laisser ses traces éphémères sur le sol quand tout à coup, il me regarde dans les yeux et me demande un bisous. Je me penche alors vers lui, et pensant qu’il allait juste me faire un smack sur la joue, il s’agrippe à moi et me fait un câlin en serrant de toutes ses forces. Je ne sais pas ce que ce petit bonhomme avait dans la tête ou dans le cœur, mais il m’a offert un merveilleux moment qui restera gravé dans mon ptit coeur!
On rentre car le repas allait être servi, la soirée continue de battre son plein, mon frère et moi nous retrouvons bientôt seuls de notre côté de la table, et là je commence à expliquer l’infertilité, la perte de poids nécessaire, les échecs durs à vivre mais l’envie de continuer malgré tout. Il m’écoute, me dit que ce n’est pas parce qu’on ne se parle pas qu’il ne s’intéresse pas à notre parcours (je partage parfois les publications Bamp! sur facebook et d’autres articles concernant les OPK), qu’il se renseigne et lit les articles en question. Je suis émue… mais il me dit aussi de laisser tomber le médical de la chose, et part sur la théorie de l’incompatibilité de 2 personnes, et qui si ça doit se faire, ça se fera de façon naturelle. Bizarrement, je ne l’ai pas mal pris. Je l’ai laissé dire, et j’ai écouté, en me disant qu’il avait raison. Pas sur tout, il n’est pas omniscient non plus, mais je suis de plus en plus convaincue que ça finira par fonctionner, d’une manière ou d’une autre, naturelle ou non. C’est complètement fou, car j’aurai pu lui raconter tellement de choses et lui prouver statistiquement, lui qui adore les chiffres, qu’il avait tort! Mais c’est comme si mon cerveau ne comprenait et n’acceptait un seul message sortant de sa bouche « vous y arriverez« . Je n’arrive toujours pas à l’expliquer, et je ne cherche pas à le faire, ça ne servirait à rien. Au lieu de ça, je n’ai aucun ressentiment à son égard, juste beaucoup d’amour, et probablement une forme de pardon. C’est donc dans cet état d’esprit qu’on s’est quittés, sans aucun mot, mais avec un câlin tout aussi fort que celui que son fils m’avait un peu auparavant… Drôle de sensation qui me bouleverse encore au moment où j’écris ces lignes.

Voilà donc une soirée rondement menée, qui marque le terme des diverses festivités auxquelles nous étions conviés Pilou et moi et qui nous laisse une perspective de vacances bien méritées! En attendant les « vraies » et longues vacances prévues le 10 août prochain (qui ne sont toujours pas réservées – bonjour l’angoisse), nous irons probablement faire un tour du côté de la côte d’Opale (d’ailleurs si vous avez des endroits à conseiller entre Calais, Wissant et Wimereux, je suis preneuse!!!), visiter un parc d’attraction avec mon autre neveu et ma maman, réaliser un petit atelier bricolage avec ma meilleure amie Miss Z pour l’initier aux joies de la confection des colis-cadeaux (dont je vous parlais ici) et faire un petit tour à Tournai les Bains à confirmer!

Pour toutes ces joyeusetés, une chanson (en fait plusieurs mais Julys en demandait une) m’accompagnera, c’est du bon, c’est du belge et le clip me parle énormément en ce moment… je vous laisse découvrir et savourer 🙂

Le débrief en gif!

Cette (dernière) entrevue avec mon GynécoLove m’a laissé dans un bien triste état, et je n’aime pas beaucoup ça… Surtout que, comme vous me l’avez toute très justement fait remarquer, c’était finalement plutôt positif. Alors j’ai eu envie de faire une rétrospective en gif, histoire de dédramatiser tout ça et de pouvoir y repenser avec un mini sourire aux lèvres. Le dernier rendez-vous avec GynécoLove en gif, ça donne ça : Le jour du rendez-vous, j’étais vraiment impatiente vhg GynécoLove nous a reçu à la bourre, mais il avait l’air serein giphy3 Il nous a expliqué notre situation, 7 embryons, avec 1 blasto, mais malheureusement, pas de résultat concret – là, j’étais un peu dubitative giphy Et puis, il nous annonce comme ça, direct, qu’on doit passer en FIV kck Du coup, c’est un peu le choc pour moi itrlf1 Et pour vraiment bien marquer le coup, il me dit que l’idéal serait que je perde 15 à 20kgs… dva Après ces merveilleuses nouvelles, je suis sortie du centre un peu comme ça Kristen-Bell-Laughing-to-Crying Pilou a essayé de me consoler un peu tumblr_n8nm3hx8Wz1sgl0ajo1_250 Mais j’ai continué upset Alors il m’a dit de me calmer cyt Finalement, on s’est dit que c’était pas plus mal, qu’on aurait le temps de partir en vacances giphyhol2 giphyvac De s’amuser un peu giphyhol cdwts De nous retrouver ume oww Et puis aussi de penser sérieusement au régime too-wide Ça va pas être simple… tumblr_my088lrvVh1t0nmbjo1_500 anigif_optimized-24705-1421943503-17 Mais on va se faire aider par une full équipe, on va même se remettre au sport! fail-tapis-course-2fail-tapis-course-1 Et après avoir perdu ces « quelques » kilos en trop, ça sera le moment fatidique de l’hystéroscopie evl Et si tout va bien, ça sera ENFIN la reprise, en FIV svp! kdyea (oui, j’avoue, ce n’est pas vraiment la tête que je fais quand je pense à la FIV, mais ça viendra!!!) D’ici là, il ne reste plus qu’une chose à faire… attendre!!! prwtng

Désillusion et J1

Hier, c’était mon rdv « mise au point » avec GynécoLove. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que ça ne s’est pas vraiment passé comme je l’imaginais (faut vraiment que j’arrête de me faire des films…).

Il avait pratiquement 1h de retard, mais Pilou et moi, on était zen. Pilou a piloté comme un chef pour éviter les files engendrées par les travaux qui pullulent sur la route en ce moment. On est arrivés tranquilou-bilou et on a patienté patiemment dans la grande salle d’attente du 2e étage. Ça faisait drôle de se retrouver là après autant de temps… Autour de nous, 2 couples, 1 femme seule, GynécoLove arrive, appelle un couple. Encore 2 rdv avant nous, c’est pas grave, on est détendus du slaïp’ donc on se taquine, on check nos smartéléphones et finalement, notre tour arrive.

La partie "du fond" de la salle d'attente de mon centre, avec ses luminaires effet tamisés
La partie « du fond » de la salle d’attente de mon centre, avec ses luminaires effet tamisés

Il nous installe dans son bureau, et attaque direct. Moi qui pensais devoir rappeler les grandes lignes de notre dossier, évoquer les différentes questions que je me posais (ici), et discuter un peu pour obtenir les examens qui me semblaient nécessaires, hé bien, il ne m’a pratiquement pas laissé parler.
Il a commencé par nous faire un topo de nos traitements jusqu’ici. 4 ponctions (je pensais être à 6 déjà…), et 7 embryons. Dont 1 blastocyste, il avait l’air très fier en disant ça GynécoLove… Et puis, le couperet est tombé, on arrête les MIV’s. Si ça n’a rien donné avec 7 transferts, ça ne sert à rien de s’acharner. On doit passer en FIV. Et je dois perdre 20 kilos. Voilà, merci, au revoir, ça fera 175 boules (j’en sais rien en fait, je trouve juste que c’est un tarif raisonnable pour une annonce comme celle-là) (et la secrétaire m’avait prévenue qu’il y avait un supplément pour le rdv d’hier, je ne me souviens plus bien pourquoi). Il a quand même répondu à demi-mots à quelques unes de mes questions :

  • Qualité embryonnaire : on a eu un blasto, il trouvait ça formidable, j’ai supposé qu’ils n’avaient pas l’air de revenir de Tchernobyl donc j’ai pas insisté non plus
  • Qualité ovocytaire : j’ai zappé, c’est sur le chemin du retour que Pilou me l’a fait remarquer en disant qu’on n’avait pas parlé du don… c’est ballot
  • Qualité de la cavité utérine : je n’ai pas du discuter longtemps pour obtenir une hystéroscopie – j’imagine qu’en fonction des résultats, ils prévoiront des examens complémentaires. J’ai quand même réussi à placer le WINtest, et d’après GynécoLove, c’est automatique avec l’hystéroscopie/biopsie… je sais pas si c’est moi qui n’ai pas tout bien compris, ou si c’est lui qui avait du persil dans les oreilles à ce moment-là car je ne vois pas trop le rapport. Je ne m’en inquiète pas trop, au pire, je redemanderai au moment de l’hystéro.
  • Prise de Metformin : je n’ai pas du insister lourdement sur ce sujet non plus, il a convenu assez rapidement que je pouvais commencer la prise d’Actos, un substitut du Metformin – j’espère que les effets néfastes seront limités (quoiqu’en même temps, si je dois maigrir, passer mes journées aux chiottes pourrait aider).
  • Autres sujets : pas eu l’occasion de demander pour le MSOME, ni pour le caryotype (même si je crois qu’ils le font déjà), ni pour la défragmentation, ni les cellules NK (mais peut-être que ça sera vérifié avec la biopsie)

Ben voilà, on y est… Ça sera FIV ICSI pour nous (d’ailleurs, un gros bisous à nos canards préférés s’ils me lisent, je pense fort à vous)

Autant vous dire que j’étais juste dévastée à la sortie de ce rdv… Je sais qu’on est loin d’une fin du parcours apocalyptique, mais j’avais mon « confort » avec l’équipe de la MIV. Je n’aurai plus Carline au téléphone, Hélène ne me fera plus ma pds, et ça ne sera plus mon Ryry adoré qui me fera mes échos et mes ponctions… lui qui avait toujours un mot gentil pour nous, qui me reconnaissait même dans la salle d’attente blindée. J’ai fondu en larmes, et je n’ai plus pu m’arrêter pendant les 50 minutes de trajet qui nous ramenaient à la maison.

Pourtant, je devrais me réjouir, les résultats sont meilleurs en FIV qu’en MIV, mais j’ai peur. Peur de ne pas trouver d’écoute (d’ailleurs, quand on a parlé de planifier l’hystéroscopie, GynécoLove m’a juste dit que je devais rappeler le secrétariat au J1 1 mois avant notre retour en PMA, et quand j’ai dit que je n’aurai peut-être pas de J1 1 mois avant, il m’a vaguement dit de faire une pds pour savoir où j’en étais dans mon cycle – et chez qui je vais la chercher mon ordo pour cette pds puisque je n’ai pas de gygy de ville moi???), peur de passer dans une « machine » où mon cas, assez particulier je l’avoue, ne sera pas pris en compte et où l’on me demandera de suivre le même protocole que toutes les autres nanas et qu’il ne me convienne pas, peur de ne pas répondre à la stim comme cela a été le cas lors de notre premier essai en stim simple, peur de l’hyperstimulation, peur de gâcher le peu de chances qu’il nous reste… Nous avons droit à 6 FIV en Belgique, la MIV double les tentatives (car chances de réussite réduites) – j’avais donc droit à 12 tentatives en MIV. Nous en avons épuisé 4 (donc 2 FIV, vous suivez toujours?), il me restait 8 essais MIV. En repassant en FIV, nous perdons la moitié des essais… Ne m’en veuillez pas, je sais que la plupart d’entre vous sont limitées à 4 FIV en France, mais le fait de diminuer de moitié nos chances potentielles, ça me rend juste malade.

En y repensant, je me suis dit que ça pouvait pas s’arrêter comme ça. Et comme je dois de toute façon perdre entre 15 et 20kg pour la FIV, pourquoi est-ce que je ne pourrais pas retenter une MIV en étant plus mince, peut-être que l’effet sera le même, peu importe la méthode? Et puis j’ai pensé l’inverse, en me disant que si je ne tentais pas la FIV, je risquais de perdre encore du temps avec la MIV peut-être inutilement, et qu’au pire, si la FIV ne donnait rien de bon, je pourrais toujours demander à repasser en MIV le coup d’après… et puis… et puis… et puis tout tourne et se retourne me laissant épuisée et vidée moralement. Je ne sais plus quoi penser, et en même temps, je me dis que je ne devrais plus y penser avant d’avoir perdu tout ce poids. C’est bien la seule chose qui ne m’effraie pas concernant toute cette histoire d’ailleurs… Je sais que je peux le faire, j’ai perdu 10kg l’année passée en vue de la tentative de janvier dernier, je l’ai fait, sans trop de problèmes. J’ai évidemment tout repris grâce aux merveilleuses hormones que je prenais un malin plaisir à m’injecter, et aussi grâce à toute la nourriture de compensation que j’ai ingurgité suite au négatif qui s’en est suivi. Cette fois, notre plan d’attaque est de nous faire suivre par un centre spécialisé avec une diététicienne, une psychologue (décidément, elles vont bientôt devenir mes BFF’s les psys…) et un kiné sportif. J’ai contacté le centre ce matin, j’attends un retour d’info pour démarrer tout ça cet été.

Je ne sais pas si ce sont les émotions en bloc qui ont déclenché mon J1, toujours est-il que j’ai eu une violente hémorragie hier soir et que ce matin, J1 était bien au rdv… 27 jours après le précédent – c’est assez marquant pour que je le mentionne. J’espère que je continuerai sur cette lancée pour pouvoir planifier mon hystero en décembre, mais il parait qu’il faut que j’arrête de rêver…