Titi à la maison

La semaine dernière, c’était l’annif de ma maman. Il se trouve que mon Titi (mon neveu, 12 ans) passait justement une semaine de vacances chez elle. J’ai donc comploté avec lui pour organiser un petit w-e d’anniversaire surprise. Vendredi soir c’était resto italien, Titi et maman revenaient ensuite dormir à la maison, samedi c’était journée parc d’attraction et dimanche, petite journée à la mer du nord. Nous avons passé un w-e absolument génial, le resto était délicieux, on a eu un temps magnifique pour le parc d’attraction (enfin, on s’est quand même tapé 2h de route car il faisait beaucoup trop dégueu en Belgique, et on a bien fait!), et on a bien rigolé le dimanche. Mon Titi est vraiment un chouette gamin, c’est le premier de mes neveux et nièce, et c’est à cause de lui que j’ai écourté les vacances qui ont suivi mon année d’échange aux USA car il est né le 31 mai et je devais normalement rester jusque fin août en Californie. Quand j’ai appris sa naissance, j’ai voulu rencontrer et serrer dans mes bras ce petit être qui faisait de moi une Tatie pour la première fois. J’ai eu la chance de le voir très souvent car ma maman allait le garder le mercredi après-midi, et je l’accompagnais parfois, sans parler de toutes les fêtes  et diners qu’on organisait entre nous. Alors qu’il n’avait que 5 ans, ses parents ont divorcés, mon frère (l’ainé, pas celui dont je vous parlais ici) s’est barré avec une pouffi*sse de première classe (raison pour laquelle nous n’avons plus que des contacts très limités avec lui), ma belle-sœur a donc du revendre leur maison et a déménagé à plusieurs kilomètres de chez nous. Ça n’a pas été facile pour ma maman, qui prenait le train (elle n’a pas le permis) pour aller le voir le mercredi après-midi, une ou deux fois par mois. Heureusement, depuis quelques années, ça s’est amélioré, et il vient passer quelques jours chez elle pendant l’année et une semaine pendant les grandes vacances. En général, je m’arrange pour être présente au moins un jour pour les accompagner lors de diverses activités. Ce w-e en leur compagnie a donc été un pur bonheur, mais je me suis rendu compte que ce n’était pas que de la rigolade… Il déborde d’énergie, comme n’importe quel gamin de 12 ans, est relativement facile à recadrer mais demande énormément d’attention. En les reconduisant à la gare, je me suis dit que finalement, tout ça n’était peut-être pas fait pour moi… J’ai 30 ans, si je devais tomber enceinte maintenant, j’aurai dans les 43 ans quand mon enfant en aura 12. Si je suis déjà fatiguée après juste un w-e passé avec lui, qu’en sera-t-il à 43 ans, avec un(e) pré-ado en permanence… Ça m’a fait peur, et je sais que la patience n’est pas le fort de Pilou non plus, même s’il a géré grave ce w-e. Est-ce qu’on est vraiment faits pour être parents? On se dit souvent que ça serait plus facile avec les nôtres, mais si ça n’était pas le cas? Si justement c’était pire? Je venais de déposer mon Titi et ma maman à la gare et toutes ces interrogations tournaient en boucle, quand, petit à petit, les souvenirs de ses blagues, de tous les mythes qu’il nous a raconté (il est fan de mythologie grecque), de sa fierté à nous montrer son camp de guerrier sur sa tablette ont refait surface… et aussi tous ces moments où je lui ai appris ou expliqué quelque chose, où je lui ai montré comment faire, où on a juste partagé… Et c’était formidable! C’est là que je me suis dit que oui, ça sera dur, compliqué, éreintant, désespérant, parfois ingérable, mais que ces beaux moments de partage, de découverte, d’apprentissage, ou même juste câlins et d’amour arriveront sans aucun doute à combler les difficultés que nous ne manqueront pas de rencontrer. Alors je ne perds pas espoir, et si parfois j’ai l’impression que tout ça n’est pas pour nous, je sais que ce n’est qu’un moment de découragement et que je serai récompensée par des moments de pure tendresse. Ne perdez pas espoir non plus, vous toutes PMettes (ou pas d’ailleurs) car le plus beau reste à venir!

Publicités

18 réflexions sur “Titi à la maison

  1. Il est très émouvant ton article, on sent à quel point tu l’aimes ton Titi !
    Tu sais, moi aussi je me poses parfois des questions du type : « est-ce qu’on est vraiment fait pour ça ? »
    Je n’ai pas de réponse mais quand je vois tous les efforts qu’on fait et tout ce qu’on supporte, je me dis qu’on est quand même déjà super courageux… La patience, l’énergie pour gérer un bébé (puis enfant, puis ado), ça devrait venir, non ? Et tu as raison, les moments de partage et de tendresse doivent faire facilement oublier les nuits blanches, les pleurs incessants…

    Des bisous ma belle !
    P.S : l’Amoureux non plus n’est pas un modèle de patience, loin s’en faut !

  2. Je comprends très bien ton interrogation de « est-ce fait pour moi ». Parfois je me pose la question aussi.
    Aujourd’hui je suis entre 2 gardes de nuit. J’ai dormi de 9h à 15h. Et depuis je glande sur la tablette et devant la télé. Comment je ferai avec un petit…
    Et samedi que je bossais et que chéri-chéri s’est fait une plage avec des potes…
    Et… Et…

    Bref je pense que dans tous les cas un enfant ça bouleverse une vie et ça oblige à changer les choses mais est-ce moins bien…

    Et puis là tu es passé de rien à un ado de 12 ans, je pense que c’est différent quand tu passe les étapes les unes après les autres.

    Bisous.

    • Oui c’est sûr que les adaptations sont nécessaires, et elles viennent probablement assez naturellement, j’imagine. Et oui, t’as raison, autant commencer avec le nourrisson 😉 Bisous!

  3. Il est très beau ton article, on ressent beaucoup d’amour, du partage, de la réflexion et une jolie conclusion pour finir.
    J’ai la chance d’avoir 6 nièces. Je suis particulièrement proches de 2 d’entre elles. Elles sont mes princesses, je les aime tellement…
    Je ne sais pas encore si mon amour pour le P’tit Farceur sera encore plus fort, je verrai bien…
    J’espère que tu pourras bien vite « offrir » un petit cousin ou une petite cousine à Titi.
    Des bisous

  4. Hello pour la fatigue et les enfants tu gagnes en endurance au fur et à mesure c’est comme le sport au début tu cours 10 min et t’es crevée et si tu t’entraines tu repousses les limites! Bises

  5. Je me pose les mêmes questions que toi (j’ai 4 neveux), sauf que j’aurai 54 ans quand mon enfant en aura 12 😦 , si je suis enceinte un jour… Je pense que ce sera différent avec les nôtres, c’est nous qui les élèverons et ils grandiront avec nous… Et comme dit Gambinou, c’est une question d’entraînement ;-). Des bises Tinkie

  6. Pour avoir des amis qui ont eu des enfants tardivement, je vois que l’âge n’est pas un obstacle. Tu n’as pas la même maturité à 20 ans et à 40 ans. Pour élever un enfant, il ne faut pas seulement de l’énergie mais aussi du recul, de la compréhension. Et avec ce qu’on a vécu, on est armé !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s