Défi Prou(s)t de Mamz’elle Bulle

Aaah en voilà un défi comme je les aime! Et j’ai adoré lire les réponses des participantes jusqu’à maintenant.

Par contre, j’ai trouvé ça très compliqué de m’en tenir à une réponse, et j’ai un peu dérogé quand cela me semblait impossible de choisir!

Voici sans plus tarder mes réponses:

1. Mon mot préféré : savoureux
2. Le mot que je déteste : pédanterie
3. Ma drogue favorite : les apéros
4. Le son, le bruit que j’aime : le « pop » des grains de maïs qui cuisent pour faire du pop-corn
5. Le son, le bruit que je déteste : les sirènes stridentes d’alarmes en tout genre
6. Mon juron, gros mot ou blasphème favori : put@in ça/il/elle me broute grave
7. Le métier que je n’aurais pas aimé faire : vétérinaire
8. La plante, l’arbre ou l’animal dans lequel j’aimerais être réincarnée : le chien
9. La qualité que je préfère chez un homme ou une femme : le sens de l’humour
10. Ce que j’apprécie le plus chez mes amis : le partage et l’écoute
11. Mon principal défaut : l’impatience
12. Mon occupation préférée : la lecture
13. Mon rêve de bonheur : fonder une famille
14. Le pays où je désirerais vivre : les USA ou l’Italie
15. La couleur que je préfère : le mauve/violet
16. Mon plat préféré : les pâtes
17. La fleur que je préfère : les gerberas
18. Mon endroit préféré : la plage
19. Mon écrivain préféré : Laurent Gounelle
20. Mon dessert préféré : Fondant au chocolat au cœur coulant de caramel au beurre salé (dégusté qu’une seule fois à Blois, c’est dire si ça m’a marqué!)
21. Mon héros favori dans la fiction : le Mentalist
22. Mon héroïne préférée dans la fiction : la Fée Clochette
23. Mon idole quand j’étais enfant : Dorothée
24. Idole(s) quand j’étais ado : Emma des Spice Girls
25. Ce que je déteste par-dessus tout : l’hypocrisie
26. La réforme que j’estime le plus :
27. Le don de la nature que j’aimerais avoir : savoir voler ou un don artistique genre le chant, le dessin, l’écriture…
28. Parfum préféré : Je reste accro à Halloween et Very Irresistible
29. Mon état d’esprit actuel : vivement 2016
30. Ma devise : Carpe Diem

Rêver un peu

Voilà ce que j’ai dit à Pilou ce week-end :

« Je n’ai pas peur. Ils auront peut-être ma mort, mais ils n’auront jamais ma vie, et encore moins mes rêves. »

Et puis, j’ai lu mon horoscope de 2016, mois par mois (voilà, comme ça, c’est fait, je suis cramée. Oui, je lis mon horoscope tous les jours, bref.) et je me suis mise à rêver…

femme sagittaire

Je vous passe les premiers mois assez ternes et sans intérêts des natifs du Sagittaire du 2eme décan (oui, c’est important) pour en arriver directement à la partie qui a fait vagabonder mon esprit :

Septembre :
Le dernier carré entre saturne et Neptune qui pèse sur notre économie, notre moral et nos vies noircit le tableau d’une rentrée placée sous le signe des restrictions et d’une morosité générale qui pourrait finir par démotiver les troupes – Là, je sens bien la fin des vacances, et avec la fin des vacances, la reprise de la PMA, avec son lot de médocs qui font déprimer. L’éclaircie est pourtant pour bientôt et la fin de l’année amorce un virage. Alors ? Accrochez-vous au bastingage – Une éclaircie bientôt? Un virage? Hé bien oui, je vais m’accrocher et tenir bon, et continuer de croire que larouetourne va enfin tourner dans le bon sens.
2ème décan (3 décembre-12 décembre) :
Le carré Saturne/Neptune noircit votre tableau personnel. Un problème familial récurrent à régler, des sacrifices à faire qui vous plombe un peu le moral – Aaaah oui, nos chouettes disputes avec Pilou, et le sacrifice de mes week-ends au profit du ménage, en plein dans le mille Emile! Vous abordez la rentrée sous un ciel bas et devrez sans doute supporter quelques déceptions, désillusions qui ne vous aideront guère à sortir la tête de l’eau – Des taux tous pourris, un comptage folliculaire digne de Fukushima et un endomètre en berne comme je n’en avais jamais connus. Attendez la fin du mois qui s’annonce plus constructive pour refaire surface. Les 21 et surtout le 23, les affaires prennent et vous apercevez le bout du tunnel – Premier dosage bhcg positif le 21, et le deuxième qui confirme, 2 jours plus tard comme demandé dans mon centre… alors, c’est à ça qu’il ressemble, le bout du tunnel? En attendant, relativisez, dédramatisez et tâchez de boire le verre à moitié plein plutôt qu’à moitié vide – En gros, je pro-fi-te.

Octobre :
Deux nouvelles lunes au programme d’un mois de passage entre la grisaille et l’éclaircie ? Veillez alors à suivre le mouvement (qui s’accélère) sans trop précipiter les choses – Le taux augmente bien comme il doit, tout s’accélère oui, mais je reste prudente #PMetteUnJourPMetteToujours.
2ème décan (3 décembre-12 décembre) :
Vous progressez lentement mais sûrement vers des objectifs qui vous tiennent à cœur (le 4) et sont susceptibles de sécuriser votre avenir – On est presque à du 4SA là si je ne me trompe pas. Moi, à 4SA… encore une étape de franchie. Ne tirez cependant pas trop sur la corde et évitez de demander trop le 7 et le 16 où vous pourriez essuyer un refus si vous dépassez les bornes – C’est le rush au boulot, je suis crevée. J’ai peur qu’il se soit passé quelque chose mais les urgences (le 7) et mon gynéco (le 16) me disent de ne pas m’inquiéter. Le 19, vous êtes bien déterminé à obtenir ce qui vous revient de droit (tout du moins d’après vous) mais seriez surtout bien inspiré de baisser d’un ton et d’attendre un peu… – Je fais du forcing pour une nouvelle pds ou écho mais je sais bien qu’il est trop tôt. Le 26, où votre charme fait des ravages et vous permet d’obtenir ce que vous convoitez sans forcer le passage – Le gynéco est de bonne humeur, il me propose l’écho, mon souffle s’arrête, et les larmes coulent au rythme du petit cœur.

Novembre :
Le ciel s’éclaircit pour tout le monde et vous voilà bien décidé à profiter de l’embellie. En novembre prenez toutefois le temps de récupérer des forces pour rebondir à partir du 21 sur le devant de la scène – Je suis claquée, je passe mes journées la tête dans la cuvette des chiottes mais ça a l’air de s’améliorer un peu…
2ème décan (3 décembre-12 décembre) :
Jusqu’au 11, prenez le temps de méditer, de tirer les enseignements du passé et peaufinez vos plans – La PMA est toujours là, tapie, mais j’ai envie de penser à la suite, aux annonces, à la déco de la chambre, aux vêtements, à parrain/marraine. Ensuite, vous aurez la possibilité (si vous évitez de pousser le bouchon trop loin le 15) d’ouvrir vos ailes et de réaliser certains projets qui vous tiennent à cœur – J’ai craqué, j’ai acheté un body, et un doudou. La seule réserve : ne pas oublier de servir le collectif dans la poursuite de vos objectifs personnels – Je continue d’alimenter mon blog avec des messages d’espoir, et surtout, je continue à bosser avec les copinautes belges pour Bamp Belgique.

Décembre :
Le ciel fut gris une bonne partie de l’année mais promet de faire des étincelles et vous permet de clore 2016 en beauté. Feu d’artifice à prévoir et réjouissances à partager sous la protection de la raison teintée, comme vous l’aimez… d’un grain de folie – Les réjouissances de fin d’année approchent, il est temps de penser aux annonces tellement espérées, je n’y crois toujours pas!
2ème décan (3 décembre-12 décembre) :
Tout s’accélère en cette fin d’année qui promet. Vous vous montrez persuasif le 2, prudent et avisé le 3 et chanceux (mais la chance, vous ne l’avez pas volée) le 9 – Tout va bien mon Pilou d’amour, je le sens (le 2). On approche des tant redoutées 12SA, mais ça ne veut rien dire (le 3). Alors voilà, ça y est, le premier trimestre est fait, et tout va bien (le 9)? C’est juste incroyable. Une fin d’année protégée par un sextile entre Jupiter et Saturne qui vous permet enfin d’ouvrir l’avenir en conscience et de tirer des plans réjouissants mais réalisables sur la comète. Il était temps – Alors c’est vrai? On touche notre rêve du bout des doigts… c’est dingue, presque irréel, et pourtant… on a choisit les meubles, Pilou s’attaque à la peinture et on a les mesures du coffre pour notre samedi en mode repérage de poussette. Plus de doutes, tu seras bientôt dans nos bras Petit Cœur…

Ça fait du bien de rêver, alors surtout, rêvez en grand et en couleurs, ne vous en privez pas! ❤

Quelques précisions…

Je tiens tout d’abord à vous remercier pour tous vos adorables messages et marques de soutien. Ça m’a fait terriblement chaud au cœur de vous lire présentes et attentionnées. Alors merci, et gros câlins

ochio

kisses

C’est vrai que depuis dimanche, le moral n’est pas au beau fixe. Une discussion à priori banale a chamboulé notre avenir PMesque pour le réduire (pratiquement) à néant. Le problème, c’est que ça vient uniquement de Pilou, alors que pour une fois, j’étais prête à me battre comme une lionne et à ne rien lâcher. L’idée du régime a fait progressivement son chemin, j’avais tout prévu pour janvier (soyons honnête, le régime pendant les fêtes, c’est juste du suicide, un peu comme manger le faux-gr*as de Gaï*a à Noël quoi), même la reprise du sport est prévue, c’est vous dire si j’en veux!
Mais voilà, des mots comme « acharnement », « obsession », « mauvaise gestion » ou encore « trop vieux » ont eu raison de ce fil ténu qui me rattachait à la prochaine FIV.Je ne sais pas ce qu’il en sera, « advienne que pourra »

sdtrs

Je tiens aussi à rassurer mes blogo-cops et autres copinautes belges, je suis toujours impliquée dans notre projet de courriers aux députés, j’ai quand même quelques années de PMA derrière le dos et j’ai envie de me battre pour que les prochains couples ou prochaines personnes qui auront à passer par-là n’aient plus à se cacher ou a trouver des excuses bidons pour pouvoir se rendre à leur écho-endochattounesque du matin.

uno1dlk

Alors, ne baissons pas les bras, et continuons d’espérer que le meilleur reste à venir.

Ce que j’aurai aimé qu’on me dise

Suite à l’initiative de Biquette, il me semble important de partager ces mots qui auraient pu me faire du bien.

On a tellement l’habitude de dire ce qu’on ne veut pas entendre, alors qu’au final, c’est tellement plus simple de dire ce qu’on veut entendre.

Alors on espère que des fertiles passent par ici, nous lisent, trouvent nos mots et les mettent en application.

  • La famille:

« Ne t’inquiète pas ma chérie, tu es sur le bon chemin, et je serai toujours à tes côtés »

« Oui, j’ai envie d’être grand-mère/grand-père, mais ce n’est pas le plus important. Prenez surtout bien soin de vous »

« Passe à la maison, j’ai préparé ton plat préféré »

« Tu seras une maman formidable »

  • Les collègues / le boss:

« Tu n’as pas l’air en forme, tu veux qu’on mange ensemble ce midi? »

« Je veux bien me charger de ton poste si tu arrives plus tard ces prochains jours »

« Tu peux aménager ton temps-plein sur 4 jours si tu le souhaites »

« Tu peux prendre quelques heures de récup’ avec toutes les heures supplémentaires que tu as fait ces 6 derniers mois »

  • Les amis:

« Comment allez-vous en ce moment? Y a-t-il quelque chose que nous puissions faire pour vous? »

« Je me suis renseignée sur les traitements, comment te sens-tu durant ton protocole? »

« Allez viens, on va faire les boutiques/manger une glace/faire la fête et se moquer gentiment des MILK »

« C’est l’anniversaire de « notre enfant » avec ses copains/copines. Nous serions très contents de vous voir, mais si vous préférez, vous pouvez passer à la maison à un autre moment »

Il se trouve que j’ai des amies absolument formidables, qui ont eu des paroles plus que réconfortantes du style :

– « Tu seras une super maman »

– « J’espère de tout cœur que ça fonctionnera pour vous »

– « Tinkie – future PMAman »

– « C’est normal que vous soyez fatigués et démoralisés mais vous êtes courageux et vous méritez de devenir parents »

Ça me fait drôle de penser à tout ces paroles que j’aurai aimé entendre, et qui pourtant sont loin des considérations que je peux avoir aujourd’hui. Ne sachant pas très bien ce qu’il m’attend les prochains jours, voire prochaines semaines ou prochains moi, c’est difficile de vous en dire plus mais j’ai l’impression que la PMA s’éloigne encore un peu plus de moi (non pas pour des raisons médicales, mais pour des raisons plus personnelles, de couple).

Aujourd’hui, j’aimerai juste entendre que nous reprenons le combat, que nous irons jusqu’au bout ensemble et que si la PMA n’a pas la réponse à nos souhaits, l’adoption sera la clé de notre bonheur. Malheureusement, ces mots-là, je ne les entendrai peut-être jamais…

De la couleur sur mon blog!

Il me semble que j’arrive un train en retard (toute l’histoire de ma vie ça…) pour le défi de Carotte. En même temps, les défis et autres quizz pleuvent sur la blogo en ce moment. C’est ultra chouette, mais dur dur de s’y coller en temps et en heure^^

J’aime beaucoup le défi de Carotte, et je vais donc m’empresser de le relever!

  • Vous allez finir par croire qu’on est hyper chauvins en Belgique, mais non, non, c’est juste beaucoup de fierté et d’amour qui m’amènent à choisir le premier de mes peintres préférés, il s’agit de René Magritte. J’aime beaucoup ses tableaux, je les trouve interpellants, parlants, et j’aime beaucoup les couleurs qu’il utilise

  • Je citerai ensuite Salvador Dali (et hop, le défi « sur le quai » de Kalyz est relevé par la même occasion – comment, c’est pas moi qui l’ai dessiné? Bah non, mais bon, j’aurai pu, j’aurai pu!)

NB : Vous reconnaitrez la PMette trèèès à l’aise en tenue d’Eve, qui attend patiemment son « gygy » préféré pendant que les stagiaires discutaillent entre elles pour décider quel protocole sera le plus adapté à cette âme en perdition…

  • Et pour finir, Alessandro Botticelli – merci les cours d’arts d’expression de mes 16 ans…

Rdv tout à l’heure ou demain pour ma liste de cadeaux in-dis-pen-sables à offrir aux prochaines fêtes de fin d’année!