Quelque part, dans les méandres de l’attente vide…

Ce quelque part, c’est l’endroit où je me terre depuis plusieurs mois maintenant.

Je continue à vous suivre, à me réjouir, à éprouver de la peine, simplement à vivre avec vous vos histoires, mais cela me renvoie à ma propre histoire, et je ne sais pas quelle en est la suite.

PMA or not PMA, adoption, rien? Cette incertitude me ronge plus que tout.

Notre dernier échec a été rude. Physiquement, j’ai été mise KO par le Ménopur, l’Utrodégueu, et l’oestrogel. Moralement, j’avais autant d’énergie qu’une lavette trouée en passe d’être mise au bac. Mentalement, j’espérais de tout mon être, toute mon âme, tout mon cœur, une issue positive. Quand GynécoLove a rendu son verdict (pour rappel, perte de poids et passage en FIV ICSI), j’ai été dévastée. Il se voulait rassurant et optimiste, bizarrement, je ne l’ai pas du tout pris comme tel.

Perdre 10 à 15kg, facile me direz-vous, surtout avec ce bel objectif qu’est la FIV ICSI.
Ben en fait, non. Je ne sais pas pourquoi je n’y arrive pas. Pilou et moi, on a été voir une diététicienne, elle nous a raconté plein de belles choses, toutes des choses qu’on savait déjà. Adapter notre alimentation, bouger, se faire plaisir, tout ça, on connait par cœur! Sauf que ce n’est jamais le bon moment. En janvier? Ah ben non, y’a le brunch avec la belle-famille, puis l’annif d’untel, puis c’est la galette des rois aussi tout de même! En février alors? Et la Saint-Valentin, t’en fais quoi? On va quand même pas se regarder dans le blanc des yeux devant une salade romaine et trois tomates cerises qui se battent en duel truel entre elles? Bon et mars alors, mars c’est bien pour commencer à mieux manger, non ? Oh oui, c’est super, si on compte sur le fait que Belle-Maman oublie son anniversaire et le bon repas bien gras qui l’accompagne annuellement… Et ainsi de suite, jusqu’à aujourd’hui.
Je suis bien consciente que ce sont des excuses « faciles » et qui ne servent qu’à repousser l’échéance. Je n’ai, à ce jour, toujours pas identifié d’où pouvait venir le problème, si ce n’est qu’avec mon petit bedon tout rond, j’ai au moins l’impression de ne pas être totalement « vide » justement. J’imagine aussi que je remplis ce vide par la nourriture. La boucle est bouclée.

En plus de tout ça, Pilou se réveille tout doucement aussi. Le cap des 37 ans franchi, il commence à se projeter et à parler d’adoption. Ça y est! Tout seul comme un grand, il en a parlé à son papa  (qui a d’ailleurs eu une réaction assez surprenante en lui demandant pourquoi on ne faisait pas appel à une mère porteuse – sic) et m’a proposé d’entamer les démarches à la rentrée. Alors comprenons-nous bien, je suis enchantée, vraiment pour de vrai! à cette perspective. L’attente vide se terminera doucement, et les quelques séances « d’informations » m’aideront à patienter.
Cependant, l’idée du « mini-nous » est tenace… Nous sommes « jeunes » et en relativement bonne santé, je n’arrive pas à m’avouer vaincue.

Alors, j’ai pris la décision de changer de centre. Pour moi avant tout, parce que le nouveau centre possède un traitement de fond pour les OPKettes. En effet, ils préconisent une prise en charge spécifique à plusieurs niveaux : dermatologique, diététique et gynécologique. J’espère pouvoir bénéficier d’un suivi complet car je sens que j’ai besoin de ré-apprivoiser mon corps et aborder l’avenir plus sereinement, quel qu’il soit. A ça j’ajouterai bien un soupçon d’hypnose, et une pincée de micro-kiné, histoire de vraiment me retaper en profondeur. Après l’envolée de ces satanés kilos, et une remise en forme physique et psychologique, j’espère que les voyants seront au vert pour que l’on puisse retenter une FIV (ICSI de préférence).

Je suppose qu’il est inutile de vous préciser que j’espère un bébé-couette (ouais, carrément!), voire même que je me transformerai en Gertrude d’ici là! Pas frapper, on peut toujours rêver…
J’espère donc très fort recevoir la copie de mon dossier médical (demande faite vendredi passé) dans les prochains jours afin de pouvoir prendre rdv dans ce nouveau centre et ainsi mettre un terme à cette attente vide pour le moins angoissante.

La suite au prochain épisode…

Ps: toutes mes pensées accompagnent celles qui attendent encore sur le quai, celles qui souffrent et celles qui attendent leur miracle.

Publicités