On a testé mon sommeil

Je dors en général plutôt bien, et plutôt beaucoup, au grand dam de Pilou.

Du coup, je n’étais absolument pas stressée d’aller passer une nuit à l’hôpital pour tester mon sommeil, test qui permet de déterminer si je fais des apnées du sommeil (condition, si elle est remplie, qui ferait en sorte que l’opération-by-pass soit remboursée par ma mutuelle).

Arrivée comme une fleur à 18h30, tout s’enchaîne rapidement. J’arrive au bureau des infirmières, l’une d’entre elle m’amène dans ma chambre, le plateau repas est posé sur la table : « café ou soupe? » « soupe, merci ». Après les 2 tartines et la soupe avalées, j’ai instruction de me mettre en pyjama pour démarrer « l’installation ».

L’infirmière commence par poser un boitier à hauteur de mon estomac, qu’elle fixe à l’aide de 2 sangles velcro. 2 sangles supplémentaires, élastiques, viennent s’ajouter par dessus et par dessous le boitier. Ensuite viennent les électrodes. Au total, ce ne sont pas loin de 20 électrodes qui seront posées à divers endroits: 4 sur le visage (1 sur le front, 1 sur le menton, et 1 de chaque côté des yeux), 2 sur le thorax, 2 sur les jambes, 1 sur l’index,  et 10 sur le crâne (5 de chaque côté, allant du début du front jusqu’à derrière l’oreille) (oui ça ne fait que 19 mais dans les 20, je compte le capteur nasal, le masque qui s’insère dans les narines). Le tout joyeusement fixé grâce à une pâte grisâtre et une quantité non négligeable de sparadrap anti-allergique (sauf pour le capteur nasal, heureusement). Une fois toutes les électrodes reliées au boitier, c’est le boitier qu’il faut relier à la prise murale (une sorte de prise HDMI), et c’est parti pour la prise de mesures de référence : mouvements des yeux, de la bouche, du thorax, et des jambes.
Une fois que tout est ok sur le PC, elle débranche la prise murale, mais laisse en place tout le reste et je suis « libre » de mes mouvements jusqu’à 20h30. A 20h30, elle vient tout rebrancher et place, en plus de tout le reste, un joli filet sur ma tête, afin de maintenir tous les fils en place.
J’ai le droit de regarder la télé ou lire ou… m’occuper jusqu’à 22h00, dernière limite. Heureusement, la série que je regarde se termine à 22h07, j’appelle l’infirmière pour les derniers réglages, et c’est parti pour la nuit.

Lorsque la lumière est éteinte, je n’en mène pas large. Autres volumes, autres bruits, autres lumières, autres… autres tout en fait, j’ai envie de me retourner mais je limite mes mouvements. Me sentant finalement partir rejoindre les bras de Morphée, je suis réveillée une première fois par l’infirmière de nuit. L’électrode derrière mon oreille gauche a bougé. Elle viendra la replacer 2 fois, à la 3e, elle décide de l’arracher enlever complètement et de la replacer correctement. Sauf que la pâte a durci entre temps, et qu’elle m’arrache la moitié de mon scalp. Aujourd’hui encore, quand je remets des mèches derrière mes oreilles, je m’attarde à l’endroit où se trouvait cette p^@{¨n d’électrode et ai la très nette impression d’avoir un « trou » dans les cheveux 😦
Il était donc 00h36. Le reste de la nuit sera compliqué, entre la peur de faire bouger à nouveau cette p^@{¨n d’électrode, celle de faire bouger la p^@{¨n d’électrode de droite et mon incapacité à dormir sur le dos, ça nous donne des réveils fréquents, un ré-endormissement compliqué et une nuit carrément pourrie.

L’infirmière m’avait expliqué que le matin, elles commençaient leur ronde de réveil à 06h30. A 06h27, une irrépressible envie de pipi se fait sentir, et à 06h33, n’en pouvant plus, je sonne. Elle vient me libérer-délivrer (je t’en prie, c’est gratuit). Elle me demande si j’ai bien dormi, je lui réponds que ça n’était pas la meilleure nuit de ma vie. Elle semble surprise, j’ai dû scier l’équivalent de la Forêt Vierge avec un bout de la Forêt de Soigne en prime, mais elle a l’air satisfaite des mesures prises durant la nuit, c’est le principal. Il me semblait avoir entendu qu’elle passait me faire les premières constatations avant mon départ, mais sa collègue qui vient m’apporter mon plateau petit-déj me dit le contraire, selon elle, je peux petit-déjeuner, me rhabiller et m’en aller.

Résultat de recherche d'images pour "mauvaise nuit"

Vu mon état, je ne me fait pas prier et m’en vais. Ce que je n’avais pas prévu, c’est que la nuit soit aussi mauvaise, certes, mais surtout, que je n’aurai pas la possibilité de me doucher alors que j’ai de la pâte à coller des électrodes plein les cheveux! Du coup, moi qui pensais me pointer la fleur au fusil au boulot, c’est plutôt la queue entre les jambes que j’ai fait un mail à mon boss et que je suis rentrée pour tenter de récupérer un peu. J’ai dormi 3h d’affilée, ai pris une bonne douche et suis malgré tout allée bosser, non sans mal, l’après-midi.

Résultat des courses, c’est que je n’ai aucun résultat de ce test, aucune idée de si je fais, oui ou non, des apnées et donc aucune certitude de si mon opération sera prise en charge ou non.
Je suis toujours dans le flou, à tel point que j’ai demandé à mon médecin traitant une prescription pour une pds pour le fameux triangle glycémique. Etant sous Actos (dérivé du Glucophage que je ne supportais pas du tout), mes valeurs glycémiques étaient tout à fait dans la norme lors de ma dernière pds. Mais je sais qu’elles sont catastrophiques sans ce médoc. Du coup, j’ai appelé la coordinatrice du chirurgien qui m’a conseillé d’attendre le prochain rdv et d’en discuter directement avec le chirurgien. Affaire à suivre donc…

Je ne suis pas mécontente que cette mésaventure soit derrière moi, mais maintenant, le stress reprend ses droits.
Quand je lis les témoignages des « by-passés », qui parlent d’une renaissance, d’une nouvelle vie, je n’ai qu’une hâte, que ça soit enfin mon tour!

Prochain épisode : rdv chez le chirurgien le 19 mai prochain…

Publicités

Vers une nouvelle étape?

*Merci à toutes pour vos adorables petits mots, vos croisages et votre courage, tout ça m’a été grandement bénéfique vendredi dernier!*

Lors de mon dernier article, je vous disais être stressée que le médecin n’accepte pas de m’opérer. J’avais même préparé un speech sur le décès de mon papa, le déclic, la peur pour ma santé, ma motivation à reprendre un mode de vie sain et équilibré après l’opération, et tout et tout…

Finalement, cela ne m’aura servi à rien, puisqu’un seul coup d’œil à ma dernière PDS aura suffit à convaincre le médecin.

Petit retour sur le déroulé du rdv:

Arrivée avec 1h de retard (j’ai un gros soucis avec les agendas sur smartphone), je suis d’abord passée (relativement rapidement d’ailleurs, comme quoi, c’est parfois pas plus mal d’arriver en retard) chez l’assistante du médecin qui a parcouru un questionnaire avec moi – poids, taille, IMC, problèmes liés à l’obésité.
J’ai ensuite été amenée dans un autre bureau, où une autre assistante a pris ma tension et m’a demandé d’attendre le médecin.
Il est arrivé quelques minutes plus tard, telle une véritable tornade grisonnante!
Bien sympathique au demeurant, m’appelant directement « ma chérie », il est quelqu’un qu’on pourrait assurément qualifier de « cash ». Mon poids à proprement parler ne l’inquiète pas. Par contre, mes valeurs de triglycérides l’ont carrément affolé! En effet, je suis bien au-delà des normes et il n’a apparemment jamais vu de taux aussi élevé.
Du coup, il m’a carrément poussé à réaliser un by-pass. Intervention qui va court-circuiter la majeure partie de l’estomac en ne gardant qu’une petite poche gastrique (balle de ping-pong) et qui est donc particulièrement indiquée dans mon cas puisqu’elle va empêcher l’absorption massive des sucres et graisses (particulièrement problématique pour les diabétiques).

Pour lui, remboursement ou pas, il faut que j’y réfléchisse très sérieusement car il y va de ma santé. Sauf que…
Sauf qu’il n’a pas trop voulu s’éterniser sur l’aspect financier de l’intervention, qui n’est pourtant pas négligeable du tout puisqu’il faut compter près de 6.000€ sans intervention de la mutuelle!
D’après lui, ma glycémie pourrait à elle seule être une condition de remboursement, sauf qu’avec mon Actos (dérivé du Glucophage), elle est totalement dans les normes (105 pour 120 max à jeun). Du coup, il m’a quand-même demandé d’effectuer un test dans une clinique du sommeil pour voir si je fais des apnées. Ce test déterminera si l’intervention sera remboursée par ma mutuelle ou non.

Le rendez-vous s’est donc très, très bien déroulé, au-delà de mes espérances même, mais je dois bien avouer avoir été quelque peu perturbée en sortant…
J’ai été un peu sonnée par le fait qu’il me pousse lourdement à faire cette opération et j’ai même pensé un moment qu’il avait besoin de ces 6.000€ pour refaire ses chiottes ou comme argent de poche pour son prochain voyage aux Bahamas…
Pilou m’a rassurée en me disant qu’il n’avait probablement pas besoin de ça pour vivre puisqu’il pratiquait énormément d’opérations similaires tout au long de l’année. Et que tous les excellents médecins étaient toujours un peu perchés ou bizarres.
Ce w-e, j’ai donc surfé sur quelques forums à la recherches d’informations, mais surtout d’avis de patients qui auraient été opérés par Dr. Tornade et quelle ne fût pas ma surprise de découvrir que 90% d’entre eux étaient tout simplement aux anges après leur opération. Dans les commentaires qui revenaient le plus souvent, on pouvait lire : « médecin très humain, qui se préoccupe réellement de ses patients », « très compétant », « mondialement reconnu »,…
Bref, énormément de positif et d’éloges le concernant. Beaucoup de positif en ce qui concerne l’opération même, les suites qui s’avèrent assez faciles à gérer et sans trop de problèmes post-op.

Tout ceci m’a donc conforté dans mon idée de poursuivre avec lui, de retourner le voir pour prendre la décision définitive : si ma mutuelle intervient dans le remboursement alors je fonce, si pas, tant pis, je devrai trouver une autre solution.
Ce n’est donc pas encore tout à fait dans la poche, la prochaine étape est le test du sommeil prévu le 19 avril prochain et nouveau rdv chez Dr. Tornade le 19 mai. Si tous les feux sont au vert à ce moment-là, l’intervention sera probablement prévue pour septembre/octobre.

Encore un bout de chemin à parcourir avant tout cela mais la motivation y est plus que jamais !

Résultat de recherche d'images pour "motivation"